Les Taxis de la Marne, 1/35……

J’avais assemblé l’ambulance US de la même marque facilement et avec un grand plaisir maquettiste. Déception avec le Taxi de la marne: ajustages incertains pour les grosses pièces, pas de repères ( trous, tenons…) pour les détails. Le plastique est toujours aussi cassant. Les petites pièces si fines sont quasi impossibles à détacher des grappes sans casse.

Le montage:

Penser à se servir de la pièce A36, le carter de la phase 41, dès le départ du montage du châssis pour servir de gabarit pour espacer les diverses pièces de l’avant. On peut même araser le téton pas clair pour la pose du moteur sur les logerons ( vous me remercierez peut-être plus tard ). Le pont avant vaut mieux d’être peint et réservé pour la phase 43, très fragile avec le bras de direction.

Pour la cabine, Mieux vaut coller d’abord la partie frontale avec le dossier du chauffeur. On arrive au grandis de la maquette, le chauffeur voit sa tête toucher le plafond en toile de la capote! Il faudra Prévoir d’ajuster avant, et surtout prévoir une belle séance de ponçage, de la capote, du siège en cuir à affaisser comme en réalité, et… des fesses du chauffeur, voir des casquette !

Des pièces fragiles et très peu fixées seront réservées pour le collage des finitions. Le pot d’échappement, le compteur, les feux. Enfin, prévoir de consolider la fixation trop courte de la roue de secours. J’ai utilisé des bouts de tiges de plastique étiré, et du placard pour ajouter de l’épaisseur.

Je n’ai pas utilisé les montants de la capote au-dessus du chauffeur, peu visibles mais j’ai rajouté deux sangles en evergreeen en me référant à l’illustration de la boîte.

La Peinture :

Le charme de ces taxi est là aussi. Il y avait plusieurs compagnies parisienne. Les G7 restées longtemps connues pour leur couleur rouge et noir mais il y a eu aussi des Taxis verts, ou rouge et jaune, comme celui exposé au Musée de l’Armée – Hôtel des invalides en 2006. Le Taxi rouge et jaune a été peint en rouge Humbol 19, un peu affadi avec du rouge mat Revell, pour ne pas faire véhicule de pompiers. J’ai utilisé encore du rouge 19 Humbrol, additionné de quelques gouttes de vert pour le plus foncé des deux. La couleur bordeaux est celle d’un autre Taxi exposé à Gagny. Il faudra faire un peu de recherches, et d’interprétations entre photos d’époque, et restaurations.

Les personnages :

Un moment créatif ! Les poser comme sur la boîte ou bien les modifier en inversants bras ou jambes pour créer de nouvelles postures. La boîte des piou pious ICM peut servir à apporter d’autres soldats. Le deuxième chauffeur est par exemple un soldat allemand bricolé. Pour les mains, pour bien faire qu’elle agrippent fusil ou poignées, roue ( comme sur la boîte) ou arceau ( une pose plus intéressante peut-être) , je ramolli le plastique à la colle liquide pour former doigts et mains le plus possible.

Note de Thierry le petit frère : Une astuce, pour les baïonnettes, et autre pièces fines, coupez d’abord un bon 5 mm au moins de grappe, avec la pièce encore fixée, avec une pince Xuron, avant de tenter d’enlever le reste plastique d’injection après., cela fait moins levier sur les parties fragiles ( et moulées si finement ).

Le résultat sera bien mérité, vu le charme de cette petite maquette. Au point que j’en ai tout de même fait deux de ces 1100 Taxis entrés dans la légende.

PS: Que celui qui arrive à détacher de sa grappe la pièce B6, l’articulation de la capote du taxi, sans la casser me contacte ! Il gagnera… toute ma considération!

Topo et montage:Jean-Yves Mahéas. Photos: Thierry

Ce diaporama nécessite JavaScript.