IJN MOGAMI, ( Phase 2 sur 4)

Le château trouve sa place sur le pont. Tout va pilpoil, pas un gramme de mastic a été maltraité pour cette maquette. Puis vient plein de petits sous ensembles. Deux tourelles avec de gros projecteurs, en photodec. Une plate forme à l’avant du château. Et le petit château arrière avec la grue. La mature ne pose pas de problème particulier. Puis on arrive aux canots, les tourelles latérales. Les pièces en photodec remplacent avantageusement les pièces plastiques, comme les bossoirs pour les canots.

Puis on arrive enfin aux avions. Il y a trois biplans Mitsubischi F1 M et 8 Aichi E13A. Un vrai plaisir à assembler et à peindre. A noter que le vitrage des cockpits est fourni en décalques. On les pose facilement avec de l’assouplissant, (moi j’utilise des deux flacons de GUNZE). L’opération de peinture des avions est assez longue. Après le traditionnel apprêtage en blanc mat, vient le gris GUNZE 61 et le vert TAMIYA XF 70…. Le tout est verni en brillant pour la pose des décalques. Puis les décalques posés et bien secs, on revernit le tout en mat. Ainsi les décalques sont définitivement emprisonnés entre deux couches de vernis. Comme ma planche de photodec ne prévoit pas tous les chariots de manutention des avions, j’ai  dû utiliser ceux fournis par Tamiya, plus sommaires mais ils feront bien l’affaire. Il faudra bien suivre le plan en couleurs pour poser les avions sur le pont car la place est comptée et quelques décalages de quelques mm au départ vous empêcheront de tout mettre en place.

J’ai fait le haubanage avec du lycra (fine black lycra rigging 70 deniers, 45 m, de la marque INFINI) ……acheté sur place, (mazette!) en magasin spécialisé à TOKYO. J’ai abandonné définitivement l’élastique à socquettes devenu maintenant obsolète par rapport à ce nouveau matériaux. La pose est facile. Le rendu est impécable. Il faut vraiment avoir l’œil sur la maquette pour le voir.

Voilà mon bateau est fini. J’ai barbouillé l’ensemble avec un jus de peinture à l’huile « terre de sienne » qui patine le navire. J’y ai rajouté bon nombre de marins peints patiemment à la main. J’utlise les marins ARSENAL au 350 ème en résine et les marins FUJIMIS . Les FUJIMIS étant un peu figés dans leur posture, les marins ARSENAL donnent plus de vie. Petit bémol, ils sont moulés en résine, donc extrèmement fragiles. Je les peins directement sur la carotte de moulage, un coup de blanc « flaschi », un point de couleur chair pour le visage et un coup de noir sur les « pompes ». Il faut les dégrapper délicatement. On peut enlever l’éxcédent de matière avec une lame de cutter neuve. Certains perdent une jambe, je les utilise tout de même avec le bas planqué derrière le plat-bord.

Maintenant, il ne me reste plus qu’à plancher sur une idée de diorama maritime. La suite dans la phase 3 sur 4 …….

Grosses bises

photos et topo Alpers

Ce diaporama nécessite JavaScript.