Le char amphibie Type 2 Ka-Mi, ARMO 1/72

Le char amphibie Type 2 Ka-Mi

Fabricant : Armo     Echelle : 1/72

Historique :

De part sa configuration, le Japon étant une ile ; entre 1930 et 1940 les japonais essayeront de développer des engins amphibies pour leurs futures conquêtes militaires dans les iles du pacifique .Lors de ces débarquements les japonais ne pourront pas attaquer directement les ports, il leur faudra attaquer sur la plage et ensuite pénétrer à l’intérieur des terres d’où l’intérêt d’un char qui puissent suivre l’infanterie.

En fait c’est la marine impériale japonaise (Tokubetsu Rikusentai) qui va développer le Ka-Mi. Le char Ha-Go 95 sert de base pour les futurs chars amphibies .Les ingénieurs garde le train de roulement du Ha go. La caisse est modifiée, au lieu d’être rivetée comme la plupart des chars japonais, elle est faite de plaques soudées. La caisse du char reçoit 2 caissons pour assurer la flottaison. Ces 2 caissons, un à l’avant et l’autre à l’arrière sont en plaques de métal avec plusieurs chambres séparées a l’intérieur au cas où le blindage viendrait à être percer, le char pourrait toujours avancer. Ces caissons sont accrochés avec 6 sortes de pinces : 2 à l’avant et 4 à l’arrière .Dès que le Ka-Mi est sur la terre ferme, le chef de char se sépare des caissons et peut continuer à avancer comme un char classique. Pour le déplacement dans l’eau le Ka-Mi dispose de 2 hélices situé sous le caisson arrière.

Pour empêcher l’eau de rentrer dans le char, les japonais ont installés une rehausse pour la tourelle du Ka-Mi ainsi qu’un manchon au dessus du moteur pour la prise d’air. Comme la ligne de flottaison n’est pas trop basse, Le Ka-Mi pouvait « naviguer » sans ces accessoires.

Au niveau de l’armement, il est équipé d’un canon type 94 de 37 mm et de 2 mitrailleuses type 97 de 7.7mm, une en tourelle et l’autre sur la caisse .Il y a 5 hommes d’équipages. Le moteur du Ka-Mi est un diesel de 110 ch., il permet une vitesse de 10 km/h sur l’eau et 37 km/h sur terre.

Il y a eut 180 à 184 exemplaires de produit. Le Ka-Mi entra en service quand les japonais perdirent l’initiative dans le pacifique. Le Ka-Mi sera réduit à défendre les iles sous domination japonaises. Du début 1943 à la fin de la guerre le Ka-Mi combattra les américains aux iles Marshall, à Saipan et aux Philippines.

Le kit :

Armo propose plusieurs kits du Ka-Mi : le char sans ses flotteurs, sans la rehausse de tourelle et sans le manchon sur le moteur. (Réf. :72111) ensuite le char avec tous ses accessoires (réf. :72117) ensuite il y a 4 kits avec différents accessoires.

J’ai acheté la version du Ka-Mi avec les flotteurs moulés avec la caisse + la rehausse de tourelle.

Le kit est fait en résine beige avec des carottes de moulage plus ou moins bien placées ! Une notice avec un plan éclaté du kit, pas forcément très pratique.

Le montage :

La résine Armo n’est pas des plus facile à travailler, elle est assez dure : attention au mèches pour percer cette résine ! Les anneaux sur la caisse étaient cassés. Ils sont remplacés par du fil de fer assez fin .Il y avait un défaut de moulage sur le flotteur avant, j’ai poncé et mastiqué. La partie la plus délicate est le train de roulement ; il est assez fragile, pour le collage il ne faut pas se tromper car j’utilise de la super glue pour coller les pièces en résine. Ensuite le travail le plus prenant : la mise en forme des chenilles .celles ci sont en petit tronçon droit de 2 cm, donc pour la mise en forme, j’ai « emprunté » le sèche cheveux de la famille ! La méthode qui consiste à mettre dans l’eau chaude les chenilles pour ensuite les mettre en forme ne m’avait pas trop satisfait pour un autre kit Armo.

Avec le sèche-cheveux la mise en place des chenilles s’est bien passée. Il y a eut un peu de casse mais Armo a prévu plus de chenilles .Ensuite j’ai refait en fil de cuivre toutes les mains courantes sur la caisse du Ka-Mi .Le système de direction des gouvernails qui part près de la tourelle en longeant la caisse pour atteindre le flotteur arrière est fait avec 2 brins de fils de cuivre. Derrière la tourelle et sur les flotteurs avants il ya des barres de protection, je suppose.

Armo les a moulé mais comme c’était assez grossier, j’ai refait ses 2 systèmes avec du fil plus épais sur le flotteur. Le seul élément que j’ai pris dans ma boite à rabiot : le phare car j’avais perdu la pièce Armo !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La décoration :

Armo vends ces kits sans décalcomanies, et les décalcomanies pour les chars japonais sont assez rares, je ne voyais pas quelle peinture faire sur mon Ka-Mi ! Finalement Armo a eut la bonne idée de sortir 3 planches de décorations pour les chars japonais .Une bonne initiative de leur part car Armo produit pratiquement tous les chars japonais de la seconde guerre mondiale au 1/72.

Pour la couleur des Ka-Mi, ils dépendaient de la marine japonaise ; tous les chars de la marine étaient peints en gris-bleu. Certains Ka-Mi stationnés aux Philippines ont été repeint en vert, sans doute pour accentuer le camouflage lors des combats à terre.

J’ai donc peint en vert : tout à la Humbrol. une première couche de vert marine105 à 70% + 20 % de vert beige 90 + 10% de vert uniforme 76. Pour toute la partie qui se situait sous la ligne de flottaison j’ai peint en vert plus foncé : 60% de vert bronze 75 + 40 % de vert marine 105. Les épiscopes sont peint en bleu foncé après le vernis mat je mets un peu de vernis brillant. Le pot d’échappement est en orange foncé et les 2 hélices en couleur bronze.

Comme décoration de ce Ka-Mi du 101st des forces spéciales de débarquement à Leyte aux philippines fin 1944/début 1945 ; il ya 2 drapeaux japonais sur chaque coté de la tourelle ainsi que le n° du char .Sur le flotteur arrière et avant, il y a aussi le n° du char et une ancre de marine.

Après la peinture je passe plusieurs lavis : du vert foncé, de la terre d’ombre brulé et du noir avec de l’essence F ou du white spirit.

Je fais une couche de vernis mat puis un léger brossage a sec sur le dessus de la caisse et sur la tourelle. Comme je pensais au départ faire une scénette avec le Ka-Mi sur une plage, j’ai fais un lavis avec du beige sur les chenilles et le train de roulement pour simuler le sable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conclusion :

J’ai pris plaisir à monter un char original comme celui-ci, Au niveau documentation sur les chars japonais, on trouve maintenant pas mal de livres. Il y a AJ Press qui a sorti 5 volumes de Japanese Armor, le volume 3 à un chapitre consacré au Ka-Mi. Les autres livres qui m’ont aidé : Japanese Tanks de S.J.Zaloga (new vanguard137) ; Trucks and Tanks n°19, Armour of the pacific war de S.J.Zaloga (osprey vanguard 35)

Topo, montage et photos: Philippe EDERN, (grand merci à lui !)