DKM TIRPITZ en construction à l’arsenal de Wilhelmshaven, 1940, TAMIYA 1/350 ème, PART 2

LA GRUE : Un seul modèle au 350 ème que l’on trouve uniquement sur le net. C’est un peu cher (environ 50 euros) mais c’est beau ! ( heureusement me direz vous vu le prix !). L’ensemble est imposant et bien lourd. Et pour bien rigidifier l’assemblage, j’ai tenté la soudure à l’étain qui paraissait un jeu d’enfant sur les tutos de YOUTUBE . Bin ! c’est pas facile du tout ! j’ai trouvé mon salut avec mon ami Michel (notre ancien du club) qui m’a soudé tout cela, un grand merci à lui. Ce qui est sympa sur cette grue, c’est l’escalier qui fait le tour, pour y monter. Quand on voit la taille des bonhommes par rapport à la grue, il ne fallait pas oublier ses clefs en bas. Après un apprêtage en blanc mat, peinture en gris à l’aéro. Pose de quelques ouvriers dessus. On les voit à peine. Vu le poids de l’ensemble, il est impossible de la coller directement sur le quai. J’ai alors utilisé des tiges métalliques (pour tiger les fleurs, demandez-en une dizaine à votre fleuriste), collées à la cyano. Ca a renforcé, du moins, je l’espère la structure. Il faut laisser les quatres tiges dépasser de 4 bon cms. Une fois bien sec et peint à la couleur de la grue, cela devient invisible. Il ne reste qu’à enduire de cyano les tiges qui dépassent et les planter dans le polystirène. Ca devrait tenir, là en encore, du moins je l’espère. 

THE CRANE: A single 350 th model that can only be found on the net. It’s a bit expensive (about 50 euros) but it’s beautiful! ( fortunately you will tell me the price!). The whole is imposing and very heavy. And to rigidify the assembly, I tried the tin welding which seemed child’s play on the tutorials of YOUTUBE . Bin! it’s not easy at all! I found my greeting with my friend Michel (our former of the club) who welded me all this, a big thank you to him. The nice thing about this crane is the staircase goes around, up and down. When you see the size of the men compared to the crane, you should not forget his keys downstairs. After finishing in matte white, paint in aero grey. Installation of a few workers on it. We barely see them. Due to the weight of the assembly, it is impossible to glue it directly to the dock. I then used metal rods (to tiger the flowers, ask your florist for a dozen), glued to the cyano. It has strengthened, at least, I hope, the structure. You have to let the four rods exceed by 4 good cms. Once dry and painted to the color of the crane, it becomes invisible. All that remains is to coat the stems that protrude with cyano and plant them in the polystirene. It should hold, there again, at least I hope. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

LES VEHICULES : Une seule adresse : L’Arsenal, le spécialiste français de la maquette navale (larsenal.com)

On y trouve vraiement son bohneur et pour l’échelle, c’est d’une incroyable finesse sans pour cela, vous coûter un bras voir deux. La livraison est rapide quoique votre rédacteur, il a fait sa commande tardivement et cela a mis en place un mouvement de grêve sur mon chantier, tout bloqué, faute d’avoir les véhicules, bilan : 15 jours de retard. Oui ! car, avec un dio de ce type, avec une planche décor en fond, on est obligé de travailler du fond vers l’avant (houla ! compliqué, qu’est-ce qu’il dit ?). Pour cela, tant que le quai n’est pas terminé ni aménagé, il est inutile d’implanter les bateaux en premier plan, avec le risque d’accrochage avec une manche balladeuse (tout le monde a connu cela ?). 

Photo: Mes juges et supporters, (mercissssssss à eux !):

LES VEHICULES: One address only: L’Arsenal, the French naval model specialist (larsenal.com)

There is really its bohemian and for the scale, it is of an incredible finesse without for that, costing you an arm see two. The delivery is fast though your editor, he made his order late and it set up a movement of hail on my site, all blocked, for lack of vehicles, balance sheet: 15 days late. Yes! Because, with a dio of this type, with a decor board in the background, we are forced to work from the bottom to the front (swell! complicated, what does it say?). For this, as long as the dock is not finished or fitted out, it is useless to implant the boats in the foreground, with the risk of collision with a ballast handle (everyone has experienced this?). 

Bon, revenons à nos autos, j’ai donc recu trois sets de véhicules allemands : Set de voitures d’état-major allemandes 1/350 ( 12 pièces), Set de camions Opel Blitz 1/350 (12 pièces dont un autobus) et 6 camions MERCEDES L3000 1/350. Sans oublier : 50 Bidons d’essence de 85gal. 1/350. Le moulage est tellement fin, qu’il n’y a aucun effort à faire pour séparer la pièce de sa carotte de résine. Sur une planchette de bois, une couche d’adhésif double face et alignement du parc automobile pour une couche de blanc mat à l’aéro. Puis mise en couleurs, là on peut imaginer, j’ai donc des camions militaires, deux de pompiers, trois bus civils de couleur crême et rouge. Pour les vitres, c’est très facile, un jus de couleur argent sur le carreau, c’est tellement bien moulé que ça se remplit tout seul. Un vrai plaisir. 

Now, back to our cars, I received three sets of German vehicles: Set of German staff cars 1/350 ( 12 pieces), Set of Opel Blitz trucks 1/350 (12 parts including one bus) and 6 MERCEDES L3000 trucks 1/350. Not forgetting: 50 cans of 85gal. 1/350. The casting is so fine, there is no effort to separate the piece from its resin core. On a wooden board, a layer of double-sided adhesive and alignment of the fleet for a layer of matte white to aero. Then put in color, there one can imagine, so I have military trucks, two firefighters, three civilian buses of color and red. For the windows, it’s very easy, a silver juice on the tile, it’s so well molded that it fills itself. A real pleasure. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

LA VIE SUR LE QUAI : Avant d’implanter les bateaux dans le dio, il faut paufiner le quai qui sera au fond du diorama et forcément moins accessible après. Fort de ma flotte de véhicule et de mes équipages, j’ai laissé libre court à mon imagination. Je ne pense pas que quelqu’un trouve à redire que ce n’était pas comme cela à l’époque. J’ai rajouté quelques maisons en papier, dont une avec une grande antenne de récupération dans la boîte à rabiot, un parc à chaine en papier, un parc à fût d’essence, les deux ancres avant sont sur le quai en attente de prendre place, des caisses en résine, des bobines de cable (tout de chez ARSENAL). 

LIFE ON THE QUAY: Before implanting the boats in the dio, we must impofiner the quay which will be at the bottom of the diorama and inevitably less accessible afterwards. With my fleet of vehicles and my crews, I let my imagination run wild. I don’t think anybody has a problem with that at the time. I added a few paper houses, one with a large recovery antenna in the rabiot box, a paper chain park, a gas drum park, the two front anchors are on the dock waiting to take place, resin crates, cable reels (all from ARSENAL). 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ne vous arrêtez pas aux photos en disant : « c’est niveau maternelle ». Il faut bien voir que c’est du 350 ème et que tout cela sera au fond du dio et en fin de compte, les gens regarderont tout de suite la vue d’ensemble et passeront leur chemin tandis que certains s’attarderont sur les détails et des détails, il y en a. Les puristes diront : « il aurait pu faire plus de salissure sur le quai, etc…. ». Je m’en fiche, cela me convient très bien.

Don’t stop at the pictures and say, « It’s kindergarten level ». You have to realize that it’s 350 and that it’s all going to be at the bottom of the dio, and at the end of the day, people are going to look at the big picture and walk away, and some are going to dwell on the details and the details, and there are some. « he could have done more dirt on the dock, etc…. ». I don’t care, that’s fine with me.

MISE EN PLACE DU TIRPITZ : ou le salaire de la peur. Il faut coller le TIRPITZ dans la découpe de polystirène déjà préparée. Il faut forcer dessus pour l’enfoncer, les marins s’échappent sous vos doigts de KING KONG. Il faut faire attention à la grue, au quai. Il faudra quelques coups de cutter pour rectifier l’empreinte sans trop en enlever, sous peine de reboucher après les espaces vides entre la coque et la mer. Enfin, cela semble convenable. Tartinage des bords de l’empreinte à la colle à bois et mise en place du TIRPITZ. Sur le peu de photos d’époque, on voit bien qu’il est à vide et que l’avant sort bien de l’eau et qu’il ne rentre pas dans ses lignes d’eau, seul l’arrière semble à sa place. Allez, on colle, on vérifie qu’il ne penche pas d’un côté et de l’autre et on s’en va voir une série à la TV. On verra le reste demain.

SETTING UP THE TIRPITZ: or the salary of fear. The TIRPITZ must be glued into the already prepared polystirene cut. You have to force it in, the sailors escape under your fingers from KING KONG. You have to watch out for the crane, at the dock. It will take a few cutter strokes to correct the imprint without removing too much, under penalty of closing after the empty spaces between the hull and the sea. Finally, it seems suitable. Spread the edges of the imprint with wood glue and set up the TIRPITZ. In the few photos of the period, we can clearly see that it is empty and that the front comes out of the water and that it does not fit in its waterlines, only the back seems in its place. Come on, let’s stick, make sure he doesn’t lean in and out and we’ll go see a TV show. We’ll see the rest tomorrow.

Le lendemain, c’est nickel (enfin, je crois).  Je demande son avis à Bibi, ah zut, il dort encore, ne pas déranger. J’y rajoute quelques vedettes de servitude. Avec du papier WC, je comble les manques entre la coque et la mer, le tout détrempré à la colle à bois diluée à l’eau. J’implante mes deux petits bateaux. Il me reste leurs sillages à faire. Je vais attendre que leur collage soit définitif. Entre-temps, je calcule ma découpe de verre pour la vitrine. Montage de la vitrine, du socle définitif et j’arrête. Ah, j’allais oublier la caisse de transport pour aller en déplacement avec le club.

Savoir s’arrêter : pour un projet comme celu- là, il faut savoir poser le mot STOP. Beaucoup me diront qu’il aurait fallu salir le quai, modifier la couleur de la mer, etc……………Moi je dis STOP et cela me va très bien. Après des mois de boulot, hâte de passer à autre chose.

The next day, it’s fine (well, I think so). I ask Bibi what he thinks, he’s still sleeping, not disturbing. I’ll add a few servitude stars. With toilet paper, I fill the gaps between the hull and the sea, the whole debased by wood glue diluted with water. I implant my two small boats. I still have their wake to do. I’m going to wait until they’re final. In the meantime, I calculate my glass cut for the display case. Mounting the display case, the final base and I stop. Ah, I was going to forget about the transport crate to go on a trip with the club.

Knowing how to stop: for a project like this, you must know how to ask the word STOP. Many will tell me that it would have been necessary to dirty the dock, change the color of the sea, etc…………… I say STOP and it suits me very well. After months of work, I can’t wait to move on.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Topo, photos et montage : Alpers