Diorama: DUNKERQUE- STRASBOURG, 1/350, HOBBY BOSS, phase 2

Quand on se met à faire deux « sisters ships » dans la foulée, il faut en avoir envie et avoir une motivation extrême. Encore le même sujet et là, on se rend compte qu’on analyse mieux le montage et on découvre toutes les bévues faites sur le Dunkerque. Tout n’est pas de ma faute. Par exemple ARTWOX MODEL, vous donne avec son pont en bois, une planche de photodec. J’ai suivi les photos du plan SHIP YARD. Sur la plage avant, reposent de part et d’autre, deux grands tangons en bois, avec un mat de relevage. Ces tangons sont posés juste au bord le long du navire. SHIPYARD vous invite à poser le bastingage tout droit sans s’occuper de ces tangons. ARTWOX a prévu les supports en tôle à poser sur le pont et son bastingage contourne par l’intérieur l’emplacement qui reçoit les tangons. Je ne sais pas si vous suivez ? J’en ai perdu beaucoup ? Du coup, tout le bastingage avant est à refaire. Comme je les avais en double, merveilleux !

En attaquant une deuxième maquette , on comprend mieux le montage de l’artillerie secondaire et là aussi : j’ai un peu mal monté, en tous les cas, « ça va marcher moins bien chef ! ». Pas grave, cela restera comme c’est.

L’assemblage du LIORE 130 en plastique transparent est délicat. J’ai masqué les vitres avec des micros caches « maison » et peint l’ensemble en argent et le dessous en noir. Bien évidement avec la manipulation, tout cela ne demande qu’à partir en mille morçeaux…..

.Arg !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

HOBBYBOSS ne doit pas connaître l’aéronavale et nous fournit pour cet avion, des cocardes tricolores sans les ancres de marine. C’est encore Jean qui m’a apporté la lumière en me fabriquant avec son imprimante des micros-caches « ancres de marine ». Posé délicatement sur le décalque, un léger coup de noir mat à l’aéro (pression de 0,5 bar) et ça marche. Du coup, j’ai procédé à un trempage délicat du dit décalque dans trois gouttes d’eau. Et toujours en manipulant ce petit avion, un flotteur d’aile se détache, scrongneugneu de scrongneugneu. Un fil d’antenne est mis en place et  l’avion est posé sur sa catapulte, il a fière allure. J’ai triché, je n’ai pas mis les cocardes en dessous des ailes……….mais chut !!!!!!!

Ah oui ! Petite anecdote : je vous avais narré que j’avais tout niqué les brises-vents sur le château. Coup de bol, à l’ouverture de la boîte SHIPYARD du STRASBOURG, un gros moment de frayeur en constatant que toutes les grappes sont estampillées DUNKERQUE : « damned !!! ils se sont gourés !!! ». Et bien non ! Ils ont juste rajouté une grappe estampillé STRASBOURG surtout pour tout le château. Du coup, je me suis retrouvé avec des brises-vents tout neuf, impeccable, à remettre sur le DUNKERQUE….et hop !!! rattrapé la grosse connerie…………….

Pour le haubanage : il faut adapter ! Déjà de précieuses infos dans la revue LOS n°11 , ensuite le plan couleur et l’illustration du couvercle de la boîte plus des vues collectées sur le net. Déjà, je vois qu’il sera difficile voir impossible de faire les filières de cables reliant le château avant au petit château arrière. J’ai adapté avec du fil lycra INFINI MODEL 70 deniers (produit sans équivalent à ma connaissance pour ce genre de kit). Patiemment, ça avance.

Le problème avec ces grands bateaux au 350, c’est la manipulation avec des lunettes loupes, un coup de doigt, une rambarde fout le camp, une pièce de mature saute, etc…..J’ai même réussi à faire  mieux, en levant mon modèle pour le retourner, j’ai accroché ma lampe et crac tout décollé le château……Là, peut importe l’heure, vaut mieux anticiper le couvre feu : pyjama-canapé et on verra demain.

Après un bon « break » et « breakfast », frais et dispo comme un gamin de 14 ans, on y retourne. De la cyano, tenir la pause un bon moment et ça repart à sa place. Triste, car les cables des deux grues ont pris une « pastèque » et ne ressemblent plus à rien. Impossible de les raidir. J’ai fait sauté les cables en photodec pour les remplacer par du Lycra 110 INFINI MODEL. Là, on est au bord de la crise de nerf pour coller ces fils point par point. Mais le résultat en vaut la peine.

Les membres d’équipage, petits marins Français avec le pompon rouge sur la tête. Là encore un mix de figurines FUJIMI ( dont les pauses sont un peu figées) et les figurines en résine de l’ARSENAL ( bien fragiles, mais avec des pauses très actives). Tout est apprêté en blanc mat puis patiemment peint à la chaine un jour de pluie ( soit en Bretagne, 350 sur 365, je déconne !). La cerise sur le bachi, c’est la pose d’un point de rouge avec un pinceau 3 poils pour faire le pompon.  Posé un à un avec un point de cynao. Ne me demandez pas combien il y en a, je n’en sais rien.

Bon, ben voilà ! il y aura encore du boulot de finition. Donc à suivre : prochainement le topo sur le STRASBOURG.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

PS/ vous avez le bonjour de mon fidèl assistant: BIBI

Montage, photos et topo: Alpers